City guide

{ hors du temps }

maraiskaw8

Mes chers petits voyageurs,

Je reviens de 24 h d’immersion en pleine nature et c’était magique. Même si certains auront du mal à le comprendre, ça peut être agréable de temps en temps de se couper un peu du monde… plus de réseau, plus d’internet, plus d’instagram, snapchat et autres obsession sur lesquelles nous pouvons perdre un temps fou !

Quitte à me couper du monde civilisé, je ne l’ai pas fait n’importe où non plus, je suis partie au cœur des marais de Kaw, encore un endroit extraordinaire à ne pas louper si vous passez en Guyane.

Les marais de Kaw c’est une grande réserve naturelle de presque 95 000 hectares mais également la plus vaste zone humide de France qui englobe le village de Kaw.

Laissez moi vous faire rêver (ou pas selon vos goûts) avec le détail de cette journée pas comme les autres:

  • départ en pirogue en direction du charmant village de Kaw
  • visite du village et de la maison de la réserve naturelle de Kaw-Roura (plus de détails sur un prochain post), profitez-en pour déguster un bon jus de fruits frais chez Gingembre Sirop, le restaurant du village. Maracudja, Gingembre, Groseilles pays, … ils sont tous aussi bons les uns que les autres.

maraiskaw9

  • retour sur la pirogue en direction du lodge flottant. L’occasion de se familiariser avec la nature environnante. Les marais de Kaw sont une savane humide, le niveau d’eau varie selon la saison et la végétation tout comme les animaux s’adaptent à ces changements. Sur le chemin, vous pourrez observer une multitudes d’animaux : hérons cocoi, jacana, hoazin, zébus, … Certains oiseaux veillent aux bords des herbes qui ondulent au passage de la pirogue, d’autres s’envolent à notre passage; les zébus nagent sans se soucier de notre passage, c’est vraiment dépaysant!
  • Arrivée sur le carbet pour un ti’punch (oui c’est la nature mais quand même il faut rester ouvert aux traditions régionales!) et un excellent repas! Geoffrey nous a régalé avec du poulet boucané et de la salade de couac accompagnés de sauce guacamole ou chien selon les préférences.

maraiskaw12

maraiskaw11

  • Après ce bon repas, une petite sieste ou une baignade pour les plus motivés était inévitable!

maraiskaw18

  • Remontée sur la pirogue en direction de la crique Wapou pour observer les biotops de cette savane qui, au fur et à mesure de notre avancée, nous laisse entrevoir une transformation des marais en forêt. Là encore, ce sera l’occasion rêvée pour observer martin pécheur, cormorans, orchidées sauvages, nénuphars, … mais également pour en apprendre plus sur cette faune et cette flore luxuriantes.

maraiskaw25

  • Retour au carbet pour un moment de détente avant l’apéro (oui encore!) et le repas du soir! Nous avons pris des canoës et avons profiter de cette fin d’après-midi pour évoluer à notre rythme sur les marais, certains ont fini à l’eau mais personne ne s’est fait dévorer par un caïman, piranhas, ou autre anaconda passant par là !!!

maraiskaw21

  • Après avoir pu admirer un superbe coucher de soleil, le chef nous a encore régalé avec croupia, gratin de patate douce, … Puis après dîner, quoi de mieux qu’une partie de dominos pour faire connaissance tous ensemble.

maraiskaw10

  • n’allez pas croire qu’après le repas vous allez être tranquille! hop on remonte en pirogue pour partir à la chasse aux caïmans enfin quand je dis chasse ne vous enflammez pas… il s’agit d’une sortie d’observation. L’idée principale c’est bien sûr de ne pas trop les perturber car ils sont quand même plus chez eux que nous, mais si la chance vous sourie, votre guide arrivera peut-être à en attraper un pour vous présenter cette espèce avant bien sûr de le relâcher en toute douceur.
  • Si vous n’arrivez pas à dormir en hamac, pas d’inquiétude il y a aussi des lits, mais dans tous les cas, oubliez la grasse matinée sinon vous ne pourrez pas profiter du lever de soleil au son des oiseaux qui tout comme vous se réveillent tout doucement.


maraiskaw17

maraiskaw15

maraiskaw16

maraiskaw17

  • Une fois le petit déjeuner fini, il faudra dire au revoir à cet endroit hors du monde et du temps et remonter sur la pirogue pour retourner au débarcadère.

maraiskaw22

maraiskaw23

  • Sur le chemin du retour, vous pourrez en profiter pour vous arrêter aux chutes de Fourgassier ou pour visiter le village de Roura. Ce serait dommage de ne pas en profiter!

fourga

Séjour réservé via Jal Voyages, merci à Eden, Olivier, Geoffrey, Alvin, pour leur disponibilité et leur efficacité.

|PHOTOGRAPHY| Mon Canon et moi |INSTAGRAM| @_marionh_

{ 72h en Tunisie }

Asslema mes p’tites babouches,

Déjà plus d’une semaine que je suis rentrée de mon escapade tunisienne et je ne vous ai rien raconté. La semaine est passée à une vitesse folle et très honnêtement je n’avais aucune inspiration! Mon aventure camerounaise avait été tellement épique que là je ne trouvais rien à vous dire de bien intéressant…

Et puis il y a eu ce film, Le sel de la terre. (Je n’avais pas eu le temps d’aller le voir au cinéma quand il est sorti mais je remercie les Oscars car grâce à eux, mon cinéma MK2 adoré l’a ressorti). Après avoir vu ce chef-d’œuvre, retraçant l’histoire et les photographies de Sebastião Salgado, j’ai trouvé l’envie d’écrire cet article sans pour autant avoir trouvé l’inspiration…  Étrange sensation…

Le film commence par une phrase que j’ai trouvée tellement belle et vraie : « un photographe est quelqu’un qui écrit avec la lumière ». J’ai alors eu en tête mes images de Sidi Bou Saïd, première chose que j’ai vu en Tunisie. Puis il y a eu ses photographies, ses portraits intenses et magnifiques, réalisés au fil de ses voyages et projets : Autres Amériques, Exodes, Genesis, … Et là je me suis dit qu’il manquait une chose à mon court séjour : des portraits. Ma prochaine mission lors de mon prochain voyage (qui arrive à grand pas) sera donc de revenir avec plus de portraits, plus de vie!

Bien évidemment j’ai tout de même des choses à partager sur ce que j’ai pu découvrir à Tunis. Le voyage a encore été très bref, il faudrait peut-être que je songe à un prochain voyage de mon choix et non une destination imposée par le boulot pour pouvoir en profiter un peu plus !!!

Pour ne rien oublier de ce séjour tunisien, j’ai pris soin de noter mes impressions dans un joli carnet de voyage que l’on m’a offert à Noël. J’ai donc choisi de vous retranscrire quelques-unes de mes réflexions notées sur le moment …

tunis1

/// Départ : Paris \\\

 A l’heure où votre ventre à hâte de voir ce que la compagnie aérienne vous réserve comme déjeuner d’exception (ou pas).

/// Destination : Tunis \\\

La découverte de la Tunisie : Jour 1.

La Tunisie, ce n’est pas un pays que je connais vraiment au fond. Je le connais à travers les actualités, sa révolution de 2011, les récits touristiques que l’on a pu me faire mais ça s’arrête là.

Ce que j’ai appris avec le fait de voyager pour le travail (et que j’ai très vite adopté) c’est la notion de « voyage ». Il n’y a plus ce coté touristique (souvent typique des vacances) où l’on se renseigne sur le pays, les sites incontournables, les lieux où manger, … Là, on se laisse guider. On découvre (ou non) selon la situation, le lieu, l’heure de la journée,… Avec mes derniers voyages, je crois que je ne partirais plus à l’étranger de la même façon qu’avant.

Gilbert Keith Chesterton a dit « le voyageur voit ce qu’il voit, le touriste voit ce qu’il est venu voir »; c’est désormais ainsi que je veux découvrir le monde, comme un voyageur et non comme un touriste.

Alors bien sûr, dans le cas présent, partir pour le travail implique que l’on ne voit qu’une infime partie des lieux (voir rien du tout) mais c’est l’occasion d’apercevoir un nouveau pays pour éventuellement y revenir … comme ce fut le cas pour la Guyane! 

A peine sortie de l’avion, j’étais en route pour Sidi Bou Saïd. De jolies ruelles pavées, des façades d’un blanc éclatant ornées de balcons, persiennes et portes d’un bleu majestueux digne du bleu majorelle d’Yves Saint Laurent. Je me suis sentie un peu comme en Crête et la présence de nombreux chats errants n’a fait qu’accentuer cette sensation. Le soleil commençait juste à se coucher ce qui ne faisait que donner encore plus de charme à ce village. Je suis restée émerveillée face à ces couleurs, ces jeux de lumières, à l’artisanat local, …

Premier contact avec Tunis : jour 2.

Étrangement, je me suis sentie beaucoup plus à l’aise à Tunis qu’à Yaoundé…! Pour ce qui est de la ville, du peu que j’ai pu en voir ce n’était pas très enthousiasmant malheureusement. Il semblerait que depuis la révolution beaucoup de choses aient changées (logique!) dont une en particulier : le ramassage des poubelles. Les ordures envahissent les plages ainsi que les trottoirs de Tunis, obligeant les gens à marcher sur la route au milieu de la circulation. C’est tellement dommage; dans le centre ville on s’attend presque à croiser des rats se disputant les poubelles avec les chats errants. Sans cela, on serait surement plus attentifs aux beautés de la ville.

Les délices de Tunis: jour 3.

Si ces deux journées, ne m’ont pas vraiment permis de découvrir les charmes architecturaux de Tunis, mon estomac lui a très largement apprécié la Tunisie. Fricassé, bocadillo, fruits de mer, salade mechouia, … le dernier dîner a bien évidemment été l’occasion de goûter un couscous tunisien en plein cœur de la médina. j’aurai aimé avoir le temps de m’y promener en journée. Une prochaine fois peut-être…

/// Les adresses que j’ai testé \\\

J’ai mangé …

* au Dar El Jeld

Derrière une superbe porte cachée au cœur de la Médina se cache un lieu éblouissant ! Je vous recommande clairement d’aller y manger un couscous (ou autre) si vous êtes de passage à Tunis. Bien que la spécialité tunisienne soit le couscous au poisson, je me suis contentée d’un couscous au légumes ! Le cadre est splendide, le service impeccable, et les plats excellents.

Dar El Jeld – 5 rue Dar El Jeld, Tunis 

* au El Walima

Comment vous dire que quand j’ai vu « l’entrée » arriver j’ai cru que je ne pourrais plus rien avaler pendant 3 jours! Mais c’était tellement bon qu’il fallait bien se sacrifier…

El Walima – Rue du Liban (Rue de masquat), Tunis

J’ai bu un verre …

* à l’Hotel Plaza Corniche

Le service n’y est pas extraordinaire mais le cadre est très sympa, et il faut avouer que vous ne pouvez pas boire une bière n’importe où à Tunis…!

Hôtel Plaza Corniche – 22, rue du Maroc – La Marsa

 J’ai dormi …

* à l’Hotel Belvédère Fourati

Les chambres sont très correctes, le qualité de service est un peu aléatoire mais les gens sont très chaleureux et accueillants.

belvedere1

Hôtel Belvédère Fourati – 10 Avenue des Etats-Unis d’Amérique, Tunis

A très vite pour de nouvelles aventures au mondial du tatouage puis … au Maroc !!!

|PHOTOGRAPHY| mon Fujifilm XM1, mon Iphone & moi |SIDI BOU SAID| Retrouvez toutes mes photos ici

{ le Burger Match }

bf1

Ça commence souvent comme ça… Pas moyen d’aller voir Gravity car tout le monde a eu la même idée que vous, on se retrouve donc vite obligé de changer de plan. Hier soir, le MK2 a donc été remplacé par Le camion qui fume. Après avoir enfin réussi à tester cette adresse, on va pouvoir vous livrer notre impression sur ce célèbre foodtruck.

On va même vous proposer un petit « match » entre eux et une autre enseigne spécialisée dans le hamburgé : Big Fernand.

Pour commencer la comparaison entre ces deux enseignes, on ne va pas parler de produits, d’accueil mais d’attente! Êtes-vous prêt à faire un peu plus d’une heure de queue pour un burger ? C’est ce qui vous attend un samedi au Camion qui fume. Autant dire que c’est long, surtout pour un burger. Chez Big Fernand, le service est plus rapide même si la queue peut aussi faire peur. Il faut quand même reconnaitre que l’attente vaux le coup pour les deux enseignes.

Les produits sont tous à la hauteur. Viandes, frites et pains maisons… on est loin du Mc do! On peut quand même regretter de ne pas pouvoir choisir la cuisson de sa viande au Camion qui fume.

Les recettes sont relativement classiques au Camion qui fume. L’ingrédient principal : le bœuf. Il propose aussi un burger au porc et un végétarien. Chez BF, plus de choix dans les viandes : bœuf, poulet, agneau et veau sont à la carte. On a aussi la possibilité de composer son propre burger.

Dernier point : l’accueil. Autant vous dire tout de suite que pour une heure d’attente, l’accueil au Camion est loin d’être celle de BF. Chez eux, l’accueil commence dans la file et se termine à la caisse, toujours avec le sourire. C’est tout de suite plus agréable.

Alors si vous avez une envie de burger, n’hésitez pas à tester deux enseignes (si ce n’est pas déjà fait). Vous retrouverez le Camion un peu partout dans Paris et en face du MK2 Bibliothèque dans le 13ème le samedi. Quant à BF, il vous faudra aller dans le 2ème ou 10ème. Je dois quand même avouer que c’est pour ce dernier que j’ai un coup de cœur.

On pourrait continuer encore longtemps à vous parler d’eux mais pourquoi ne pas vous laisser aller manger un bon burger, vous pourrez nous donner votre avis ensuite…

Bf2

Retrouvez l’itinéraire du Camion qui fume ici et plus d’infos sur notre adoré Big Fernand ici (leur site est génial en plus!).